La pointe de Barfleur, un littoral fragile et indompté

La pointe de Barfleur, un littoral fragile et indompté

Se projetant dans la Manche à l’est de Cherbourg, la pointe de Barfleur constitue l’extrémité nord-est de la presqu’île du Cotentin. Si la bourgade s’enorgueillit d’un riche patrimoine historique, elle tire également une grande fierté de sa Côte rocheuse et de son cordon de dunes. Lorsqu’on progresse sur les pistes cyclables vers l’intérieur des terres, ces espaces sauvages cèdent le pas à une nature verdoyante.

C’est à Barfleur que Guillaume le Conquérant s’embarque en 1066 pour partir à la conquête de l’Angleterre. Ainsi commence l’extraordinaire épopée de ce petit port, qui connaît son apogée au Moyen Age. L’histoire géologique de la région, bien plus ancienne, est tout aussi captivante…

Les régions de France sont des espaces majestueux à visiter, en conséquence, savourons-les ! À bicyclette ou sur des « petites reines », des balades des plus variées seront faites pour notre plus grande chance ! Les tracés sont fréquemment balisés et d’habitude « réservés » aux cyclistes. On inventorie des promenades pour « bécanes », des tracés sans passage d’autos, des axes protégés…

Le long du val de Saire

Là, les paysages verdoyants contrastent vivement avec l’aspect dénudé et austère du littoral. Le socle granitique est ici recouvert d’alluvions et de dépôts sédimentaires datant des dernières glaciations. Le sol, très fertile, accueille de nombreux boisements et offre de vastes étendues à la culture maraîchère. Légère et facile à travailler, la terre bénéficie d’une humidité modérée mais constante. La quasi-insularité de la zone lui épargne les fortes chaleurs et les grands froids. Il y fait par ailleurs plus doux que dans le reste de la Normandie, le val de Saire étant protégé des vents d’ouest par le promontoire de La Hague. Barfleur, qui vit aujourd’hui de la pêche et de la plaisance, était au Moyen Age le principal port de la Côte normande.

Pédaler sur l’ancien Vestige du Massif armoricain

Encore recouvert par la mer il y a 100 000 ans, le Cotentin correspond pour l’essentiel au département de la Manche et, géologiquement, fait partie du Massif armoricain. Cette presqu’île est traversée par une dépression qui court de la baie des Veys, à l’est, aux landes de Lessay, à l’ouest, en passant par les marais de Carentan. Cette dislocation individualise le bocage normand par rapport au petit massif granitique de La Hague et de Barfleur, que prolongent les îles Anglo-Normandes. Située au nord-est du Cotentin, la pointe de Barfleur émerge d’une Côte sculptée dans des granites intrusifs vieux de plus de 300 000 ans. Entre le cap Lévi, au nord-ouest, et la pointe de Saire, au sud-est, le littoral dessine une courbe régulière où alternent falaises basses, arènes granitiques et plages de galets.

Une ancienne plate-forme sous-marine

Au niveau de Barfleur, on découvre une enfilade de plages de galets et de graviers, d’où émergent des chaos granitiques dispersés sur une maigre couche de sable. Ce paysage bas correspond à une ancienne plate-forme sous-marine rabotée par une mer dont le niveau était autrefois plus élevé et à laquelle on doit également la falaise morte qui délimite le plateau intérieur du Cotentin. Ce décor littoral est délimité par un cordon de dunes. Si mince qu’il soit, celui-ci a localement empêché les ruisseaux d’accéder à la mer, ce qui a donné naissance à de nombreux étangs côtiers.

Les pistes cyclables autour de l’étang de Gattemare

À la base de la pointe de Barfleur, Gatteville-le-Phare abrite le remarquable étang de Gattemare et ses immenses étendues de roseaux, merveilleuses cachettes pour une faune discrète et variée. Mesurant plus de 1 km de longueur, il est séparé de la mer par le cordon dunaire, couvert à cet endroit d’une flore abondante. Des milliers d’oiseaux trouvent régulièrement refuge dans ces lieux déserts, à l’image de la foulque, du plongeon, de la poule d’eau et de nombreuses colonies de canards sauvages. On y découvre des plages de sable ou de galets, chaos rocheux et falaises basses qui forment l’essentiel des paysages de la Côte dans la région de Barfleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *